ActualitésActualités Smart Building

ASSURER LA SANTÉ ET LA SÉCURITÉ DES SALARIÉS EN ENTREPRISE FACE À L’ÉPIDÉMIE DE COVID-19

By 16 septembre 2020 No Comments

ASSURER LA SANTÉ ET LA SÉCURITÉ DES SALARIÉS EN ENTREPRISE
FACE À L’ÉPIDÉMIE DE COVID-19

Protocole national du 31 août 2020

Focus sur les pratiques d’aération des locaux


L’essentiel à retenir

Le nouveau protocole national[1] du ministère du travail est en application dans les entreprises depuis le 1er septembre 2020. Le mesures explicitées visent à la prévention des risques de transmission du Coronavirus et à la protection de la santé des salariés. Les récentes connaissances scientifiques confirment la transmission du virus par aérosols donc par voie aérienne.

Le port du masque (visières, gants et autres EPI) dans les lieux clos partagés est la principale règle de protection. En  complément des mesures d’hygiène et de distanciation physique, le protocole détaille la mise en place de protocoles de ventilation / aération des locaux.

Le degré d’application des mesures de renouvellement de l’air intérieur dépend du niveau de circulation du virus (taux d’incidence) dans le département d’implantation de l’entreprise (ou de son établissement).

Une aération régulière des espaces de travail (bureaux, ateliers…) et lieux d’accueil du public est organisée si possible pendant 15 mn toutes les 3 heures, à défaut il convient de s’assurer d’un apport d’air neuf adéquat par le système de ventilation[2].

Comment garantir un renouvellement d’air suffisant ?

La concentration en dioxyde de carbone (CO2) rejeté par la respiration humaine dans un espace clos est un indicateur du confinement de l’air. Une concentration élevée indique une mauvaise adéquation du renouvellement de l’air relativement à sa densité d’occupation. Surveiller en continu le taux de CO2 garantit un apport efficace d’air renouvelé pour in fine maitriser le risque sanitaire et réduire les potentiels effets sur la santé et le confort au travail (maux de tête, performances cognitives, fatigue…). Pour les gestionnaires de bâtiments, c’est aussi un indicateur du fonctionnement efficace des systèmes techniques.


La mesure en continu du CO2 permet donc de mettre en œuvre une aération efficace des locaux  en indiquant :

  • Le niveau de risque sanitaire aérien ;
  • Le moment où l’apport d’air neuf est nécessaire ;
  • L’efficacité des systèmes techniques.

L’exemple ci-dessus illustre la variation du taux de CO2 dans une pièce close lors de son aération (chambre d’un logement). Il a fallu 26 minutes pour retrouver un air sain.

Le temps de renouvellement d’air dans un pièce n’est pas une donnée fixe, il dépend d’un nombre important de paramètres tels que le vent, la température extérieure, le type de fenêtre, les surfaces en jeu, etc. Par conséquent, seule la mesure permet de définir le temps optimum nécessaire pour l’aération optimale d’une pièce.

Surveiller en continu le confinement de vos locaux, la solution DomNexX

Le gamme de micro-capteurs DomNexX permet de surveiller en temps réel la Qualité de l’Air Intérieur (QAI) de vos espaces clos de travail (bureaux, salles de réunion, ateliers …) ou recevant du public (salles d’attente, salles de soins, etc.) et de vous fournir le bon niveau d’information pour gérer au mieux votre stratégie d’aération.

C’est la garantie d’un air renouvelé et sain !

Capteur de mesure de la Qualité de l’Air Intérieur
  • Mesure du taux de CO2, COV, température et humidité relative
  • Visualisation en un coup d’oeil de la QAI par 3 voyants lumineux
    • Vert : bonne qualité
    • Orange : qualité moyenne
    • Rouge : mauvaise qualité
  • Simplicité d’installation : boitier prêt à l’emploi, mobile et sans branchement électrique, pose murale sans travaux de fixation
  • Autonomie énergétique (sur piles AA supérieure à 2 ans)

Option capteur connecté : communication sans fil (technologie LoRa) en temps réel des données QAI, stockage dans un serveur sécurité et application logicielle


[1] https://travail-emploi.gouv.fr/

[2] Notamment par une vérification du bon fonctionnement et de l’entretien de la ventilation mécanique (VMC) et par un dimensionnement adéquat du renouvellement versus le nombre d’occupants